Design

“Céramiques gourmandes” : l’exposition événement

/
Home Fashion News, Le magazine des professionnels de l’univers maison
“Céramiques gourmandes” : l’exposition événement

“Céramiques gourmandes” est la nouvelle exposition de la Fondation Bernardaud à découvrir sur le site de la célèbre manufacture de Limoges jusqu’au 28 mars 2020. On y découvre l’interprétation de quatorze artistes internationaux invités par la fondation d’entreprise Bernardaud. Avec des sensibilités différentes et en utilisant des techniques variées ils ont exploré le rapport à la nourriture tantôt sensuel, tantôt coupable ou problématique.

Quand l’art devient gourmet, gourmand et complètement baba des plaisirs de la bouche, qu’il invente des mets, des desserts, des pièces montées ou des scènes de banquets, qu’il nous met le nez dans nos assiettes, qu’il interroge notre rapport à la nourriture – coupable, sensuel, problématique –, ça donne Céramiques gourmandes, une exposition imaginée par la fondation d’entreprise Bernardaud, avec quatorze artistes internationaux qui raffolent de la céramique : la crème de la crème ! Entre la terre cuite et la bonne chère, une longue amitié. La gourmandise inspire les artistes de toutes les époques ; ce que l’on mange dit tant de l’homme, du monde, de ses excès. Les festins sont ici des prouesses techniques, et se dégustent à l’oeil. Comme une promesse. On y entendrait presque des « hum ! » des « miam ! » et des « encore ».

Au XVIIIe siècle aussi, par vogue naturaliste, les céramistes se livrent au jeu du trompe-l’œil. Des fantaisies en faïence et en porcelaine, assiettes garnies ou présentoirs déguisés connaissent dans toute l’Europe – Angleterre, Hongrie, Allemagne, France – une mode contagieuse. On imite des radis, des quartiers d’artichauts, des œufs durs parfois inondés de mayonnaise. On sort des fours des compotiers chargés d’olives et de bouchées à la reine. On fabrique des terrines en forme de faisans, de canards, de coqs, des plats déguisés en cœur de laitue et en bottes d’asperges, ou bien des bonbonnières en citrons. Bestiaire et potager, tout y passe pour décorer les tables d’apparat.

Car la gourmandise reste une affaire de goût. Les goinfres sont fustigés ; le raffinement du gastronome encouragé. Ce que l’on mange révèle ce que l’on est. Et dans nos sociétés de croissance devenues obèses, la question de l’alimentation est au cœur des enjeux sanitaires, politiques, écologiques. On invente une gourmandise « décaféinée ». On cède à la tentation : pas de gras. Zéro calorie. Détox et Aspartam. Si le surpoids fut longtemps un signe de bonne santé et de réussite sociale, il est aujourd’hui le syndrome d’une humanité peu séduisante, qui mange trop, et mal (Jessica Stoller). Et c’est peut-être le corps des femmes qui concentre tous les paradoxes. Poussé à être mince, voire maigre, dans un modèle consumériste et patriarcal, il est le leurre de nos envies schizophrènes (Juujuu Kim). Rappelons aussi que le sexe féminin est, depuis des lustres, associé au sucre : comme les enfants !

Le sucre, parlons-en. Il est partout. Et dans Céramiques gourmandes, les desserts sont plus vrais que nature. Ils ressemblent à des vanités. Une montagne de cupcakes à la chantilly s’empilent dans un trop-plein de désirs (Anna Barlow). Des pâtisseries de chefs, très chics, prêchent le faux pour connaître le réel (Shayna Leib). Des cornets de glace sont écrasés contre les murs, traces d’une bataille ou d’un grand gâchis (Charlotte Coquen). 168 donuts questionnent en dignes héritiers du pop art la surproduction et la consommation de masse (Jae Yong Kim). Des gâteaux japonais rivalisent de réalisme, et on entre de plain-pied dans l’illusion et la culture culinaire nippone (Yuko Kuramatsu). La gourmandise n’est-elle pas un échantillon d’identité ? Ne découvre-t-on pas un pays et ses richesses grâce à sa nourriture ? Ne garde-t-on pas toujours en mémoire la cuisine de son enfance ou de ses origines ? (Christina Erives)

« Je portai à mes lèvres une cuillerée de thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée de miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. »

Marcel Proust

Dans la salle d’exposition de la Fondation Bernardaud, la céramique dévoile ses agapes et ses performances, regarde de près la beauté d’un fruit (Marie Rancillac), imagine des natures mortes, remplit des compotiers de légumes (Susan Nemeth), invente des recettes nouvelles, mise sur la poésie (Kaori Kurihara) ou sur le burlesque d’une cérémonie du thé trébuchante (Dong Won Shin), parle de Darwin et de l’évolution avec un humour tranchant (Bachelot & Caron) ou remet au goût du jour le péché capital dans des scènes très dix-huitième où les corps sont lascifs, les expressions coquettes, et les satires sociales (Chris Antemann) ; un festin nu, en quelque sorte !

La Fondation d’entreprise Bernardaud fut créée par Michel Bernardaud en 2003 afin de mettre en valeur l’intelligence de la main. Elle offre au public un circuit de visite (environ une heure) ouvert toute l’année permettant de comprendre l’histoire et la fabrication de la porcelaine. Chaque été, une exposition thématique présente des artistes contemporains utilisant la céramique comme medium et montre ainsi l’étonnante diversité d’œuvres venues du monde entier. Cette fondation révèle la force d’une maison, qui depuis 1863 a fondé sa philosophie autour de trois valeurs : savoir-faire, innovation et créativité.

Exposition “Céramiques gourmandes” du 21 juin 2019 au 28 mars 2020 à la Fondation d’entreprise Bernardaud sur le site historique de la manufacture de porcelaine (27, avenue Albert Thomas, Limoges ).

Commissaire de l’exposition : Olivier Castaing / Textes : Julie Estève Texte de l’article issu du programme de l’exposition

Liste des artistes invités : Chris Antemann, États-Unis – Bachelot & Caron, France – Anna Barlow, Royaume-Uni – Charlotte Coquen France – Christina Erives, Mexique – Jae Yong Kim, Corée – Juujuu Kim, Corée – Yuko Kuramatsu, Japon – Kaori Kurihara Japon – Shayna Leib, États-Unis – Susan Nemeth, Royaume-Uni – Marie Rancillac, France – Dong Won Shin, Corée – Jessica Stoller États-Unis

Renseignements : https://www.bernardaud.com/fr/actualites/exposition-ceramiques-gourmandes

Leave a Reply
Your email address will not be published. *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

HOME FASHION NEWS