Actualités, Linge de Maison, Textile

« Y’a bon Banania » chez Coucke !

/
« Y’a bon Banania » chez Coucke !

Coucke, marque française de linge d’office, nous replonge cette saison dans l’univers de Banania, légende de la publicité française. 

Fondée en 1931 par René Coucke dans le nord de la France, la marque Coucke était, de par son nom, prédestinée à exercer dans l’univers de la cuisine. Pourtant, à ses débuts, la marque était spécialisée dans la fabrication de mouchoirs. C’est dans les années 1970 qu’elle se tourna vers le linge de table et d’office. Aujourd’hui, la marque est spécialisée dans le torchon jacquard avec pour ambition de faire coexister tradition et modernité. Ses collections en partie toujours fabriquées dans le nord de la France sont tantôt très classiques tantôt contemporaines. Après une collection remarquée sous licence La vache qui rit, elle présente cette saison une irrésistible collection pour tous les nostalgiques du Banania (torchons et tabliers 100 % coton). Nous sommes fans ! 

Banania_Torchon
Banania_Torchon

Banania, une légende de la publicité française 

C’est en 1909, au cours d’un voyage au Nicaragua, que le journaliste Pierre-François Lardetdécouvre dans un village au cœur de la forêt une délicieuse boisson faite de farine de banane, de cacao, de céréales pilées et de sucre. À son retour à Paris en 1912, il se décide à reproduire la recette, aidé d’un ami pharmacien. Ensemble ils déterminent la proportion exacte de farine de banane, de céréales, de cacao et de sucre à mélanger pour obtenir le goût unique et inimitable de la célèbre boisson. Le 31 août 2014, la marque BANANIA est déposée, préférée à « Bananette », « Bananose », « Bacao », « Banacao», et « Banarica ».  Une Antillaise dessinée par H. Tishon illustrera la première publicité de la marque Banania qui vante des valeurs nutritives et énergétiques exceptionnelles pour toute la famille. 

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate Banania devient la boisson réconfortante de la France en guerre. Pierre-François Lardet décide d’envoyer quatorze wagons remplis de la célèbre poudre chocolatée sur le front pour donner « force et vigueur » aux soldats, dont les tirailleurs sénégalais, qui se battent courageusement. Il demande alors à son ami Andreis, de lui dessiner l’un de ces tirailleurs sénégalais pour en faire le symbole de la marque Banania. Son dessin s’accompagnera du slogan « Y’a bon Banania », devenu célèbre pour plusieurs générations. 

En 1921, Pierre Lardet s’associe avec l’hôtelier Albert Viallat qui le remplacera à la tête de la société en 1924 avant de s’associer avec son neveu, Albert Lespinasse. À cette période, les septièmes Jeux Olympiques à Colombes favorisent la découverte de plusieurs sports dont la boxe, le hockey, le rugby et le tennis qui s’illustreront sur les boîtes de Banania. En 1938 Banania sponsorise le Tour de France (une opération qui sera renouvelée de 1984 à 1986 puis en 2003). Arrive alors la Seconde Guerre mondiale. Pendant cette triste période Banania transmet via ses emballages des messages de soutien à la population française : « Défense contre l’anémie » ; « Après l’alerte, c’est le réconfort » ; « Tous les matins, je réquisitionne mon Banania ».

En 1953, Albert Lespinasse succède à son oncle à la tête de la société. Le nouveau graphisme des affiches et des conditionnements est alors dirigé par Jacques Bazaine. Les premiers films publicitaires Banania jouent la carte de l’humour avec succès puisque la marque reçoit l’Oscar de la Publicité en 1960 et le Grand Prix de la Publicité en 1965. Pendant cette période d’après-guerre, de nombreux illustrateurs ont contribué à faire évoluer le personnage Banania :  de Andreis, Elizabeth, Poulbot, Rabier, Meunier, Sepo, Morvan en 1957, Chaval en 1966 et Siné en 1970.

Contact : http://www.coucke.com

Leave a Reply
Your email address will not be published. *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.